mercredi 14 décembre 2011

Flash Mob ....

Vous l’attendiez donc la voici…. La vidéo de la Flash Mob d’Urrugne sur le morceau endiablé de AC/DC Highway to Hell !!!! Yeahhhhh !!!

Beñat Albizu en dédicace...


Photo B. Larretche

Beñat Albizu est né à Urrugne en 1930. Sa mère, née en Guipuzcoa et son père en Alava, émigrent à Urrugne en 1920 et 1925. Titulaire d’une bourse d'études, il passa de l'école primaire d'Urrugne au Cours complémentaire de Saint-Jean-de-Luz, puis au lycée Montaigne de Bordeaux et enfin à l'école Centrale de Paris. Ingénieur spécialisé dans les travaux publics, il a travaillé en France, en Asie, en Afrique et en Amérique du Sud, dans de gros chantiers d'équipement. Toutes ses vacances se sont passées en un jet de pierre d'Urrugne et c'est là qu'il a pris sa retraite.
Aujourd’hui, il écrit et sort un livre sur son enfance à Urrugne : « Une enfance urruñar ». Qui mieux que lui peut vous en parler, écoutez ce qu’il dit de son livre :
« Le quartier de Lizargibel à Urrugne regroupait quatre maisons peuplées de beaucoup d'enfants, et parmi eux quatre garçons nés entre 1927 et 1930 dont moi, le plus jeune des quatre. La ferme d'Irunberri possédait une radio. Jean-Pierre et Michel écoutaient les informations et les commentaires de leurs parents sur les événements qui se déroulèrent entre 1936 et 1945, et nous en faisaient part. Nous tenions tous les quatre des conversations passionnantes sur la guerre d'Espagne, la drôle de guerre, l'occupation, la libération et la victoire. Nous avions un avis péremptoire sur tout, comme par exemple les qualités comparées de Gamelin et de Pétain... J'ai gardé de cette période le souvenir de l'impression fascinante et passionnée d'un spectateur privilégié devant de prodigieux événements qui secouèrent le monde avant et pendant la Seconde Guerre mondiale. A ces réflexions de stratèges enfantins du Café du commerce s'ajouta pour moi l'observation des faits et gestes de mes concitoyens. Les adultes parlent librement des qualités et des défauts de leurs prochains devant leurs enfants. Ils pensent que leurs commentaires glisseront sur leur tête comme l'eau vive sur les galets. M'étant révélé plus éponge que galet, j'ai pu ici sélectionner des personnages pour leur caractère, leurs qualités et aussi parfois pour leurs travers, à condition qu'on puisse en rire. Et j'ai laissé dormir en paix les vilains et les méchants. Je n'ai gardé de mes personnages que le prénom et l'initiale de leur nom. Les vieux urruñars n'auront aucun mal à lever les masques, de même que les familles de mes héros, dont je sollicite l'indulgence. »
Pour le plaisir de tous il sera en dédicace à la salle Posta, vendredi 16 décembre 2011 à partir de 20h.

mercredi 7 décembre 2011

"Noël est en avance à Urrugne..."

Interview de Jean Michel DUFAU, Président de l’office de tourisme d’Urrugne qui nous présente l’animation phare du village : le marché de Noël, qui aura lieu ce week-end.

Pourriez-vous nous présenter cet évènement ?
Pour la 4ème année consécutive, Urrugne Tourisme organise un grand Marché de Noël qui a par habitude toujours lieu le 2ème week-end de décembre. C’est une fête où l’on vient en famille pour participer à toutes les animations du week-end. Tout a lieu à la salle polyvalente Ithurbidea, le village de Noël et les exposants sont sur le parking sous de petites tentes et les animations et spectacles ont lieu à l’intérieur de la salle. L’ambiance y est conviviale et magique : Noël est en avance à Urrugne.

Vous nous préparez des nouveautés pour cette année ?
Nous avons agrandi le marché afin de pouvoir accueillir une 50aine d’exposants, on va bientôt pouvoir faire concurrence à Bayonne ! Non, pour être plus sérieux, nous sommes très contents d’accueillir autant d’exposants. Les visiteurs pourront trouver leur bonheur parmi toutes nos idées cadeaux pour garnir le pied du sapin de Noël ou trouver de bons produits pour leur repas des fêtes.

La Commission Culture de la Mairie innove cette année aussi en proposant le vendredi soir pour l’ouverture du marché une soirée cabaret avec le Moulin des Roches. Au programme, strass, plumes et paillettes… Le glamour sera au rendez-vous !

Le samedi soir, nous avons changé notre programmation habituelle pour associer davantage les enfants à l’animation. Nous avons contacté ainsi les écoles pour mettre en place une soirée spectacle avec des chants. Certaines écoles ont répondu présentes et viendront donc se produire le samedi soir. Elles seront accompagnées de la chorale des enfants d’Urrugne Tximi-Txama et de la section musique d’Adixkideak.

Je ne peux pas venir tout le week-end qu’est-ce que vous me conseilleriez de ne surtout pas manquer ?
Sans hésiter la Flashmob d’abord. C’est fabuleux de voir le travail de toutes ces personnes. A l’origine, ils ne sont pas danseurs et pourtant ils viendront réaliser une danse, de surcroit pas forcément simple, devant un public.
Cette année, encore une fois, nous restons sur le thème « Rock’n Roll Attitude » avec le morceau endiablé de AC/DC Highway to Hell. On est précurseur là aussi, puisque vous pouvez chercher sur Youtube aucune flash mob n’a été réalisée sur cette chanson !!!

Toujours pour les amateurs de danse les mutxiko du dimanche midi sont un des immanquables du week-end.

Mais je pense que le plus immanquable du week-end reste quand même les talo de Battitte … Ils sont exceptionnels !!!!

Et pour les enfants, quelles animations proposez-vous ?
Le week-end leur est principalement consacré : tout la journée ils pourront se dépenser dans nos structures gonflables, se faire maquiller en Spiderman ou princesse, participer à des ateliers de calligraphie, et prendre la pose avec nos peluches géantes : Hector le Renne, Mimie la souris timide et Tommy l’écureuil malicieux.
Il ne faudrait pas qu’ils manquent, le samedi après-midi la visite d’Olentzero et le dimanche celle du Père Noël en personne qui viendra avec sa calèche.
Les enfants repartiront forcément aussi avec une épée ou un petit chien en ballon…

Comme je vous le disais : Noël sera en avance à Urrugne et on vous y attend nombreux…

Demandez le programme et téléchargez le pdf:
http://www.urrugne-tourisme.com/fr/se-divertir/actualite/marche-de-noel.html 

jeudi 1 décembre 2011

Interview de Kristof Hiriart, de la compagnie LagunArte...

Interview de Kristof Hiriart, de la Compagnie LagunArte qui donnera deux représentations à Urrugne le mercredi 7 décembre 2011...

Kristof, pourriez-vous vous présenter ?

Je suis musicien, chanteur, et je crois pouvoir dire aujourd'hui compositeur car dans les spectacles que je crée depuis une dizaine d'années, je compose, je pose, je suppose, j’impose, je repose les éléments sonores, de lumière, et tout autre élément nécessaire à la réalisation cohérente d'une pensée artistique. Je crois fermement à l'écoute du monde et des individus. En ce sens, l'Art (la pratique artistique) permet de matérialiser la variété et la variation de ces perceptions.

Je vis et travaille au Pays basque, j'accorde de l'importance à cela car j'aime ma culture, j'aime la connaitre tous les jours davantage et tenter de la comprendre, de m'y perdre et de m'y retrouver, de la regarder et de l'écouter. Et de m'y sentir aussi bien me rend curieux de celles des autres, proches ou éloignées, et puis surtout, j'ai l'immense chance grâce à mon métier, de voyager et de rencontrer des gens, beaucoup de gens et de terres, tellement riches et intéressants...

Enfin, j'aime plus que tout créer, jouer et transmettre et c'est pour cela que je fais ce métier, à l'adresse de n'importe quel public, jeune, vieux, libre ou pas...

Le son de l'eau est un silence. Il n'est rien sans l'action des éléments ou de l'homme. 

De la même façon, le monde n'est rien si l'on ne s'attache pas à le resituer dans un frottement entre la nature, les éléments, l'homme, sa mémoire et ses projets.

Comment s’est déroulé le processus de création de ce premier spectacle jeune public pour la compagnie LagunArte ?

Je voulais tenter une écriture autour d'un mât bien vertical, une mer bien horizontale, un danseur ou un acrobate en mouvement, et un musicien qui crée le contexte, l'espace et le temps.

Je ne crois pas, pour le moment, qu’il y ait une grande différence entre ma façon d'aborder la création d'un spectacle dédié à un jeune public de celle d'un spectacle tous publics. En réalité, je dirais même que j'entre dans la seconde comme dans la première, il faut chercher à représenter une pensée par des images, des sons, des gestes, parfois des textes.

Avec la cie LagunArte, nous sommes en ce moment plongés dans un chantier qui mêle tous ces éléments de composition, avec en plus des outils que l'on essaie d'apprivoiser. Ces outils sont appelés "technologiques", ils permettent d'aller plus loin, là où on ne pourrait pas aller naturellement sans eux. Ordinateurs, interfaces, vidéoprojecteurs, et toute sorte d'objets barbares et mal nommés. Le paradoxe de ce chantier, c'est qu'il nous complique l'existence puisqu'il nous demande de gérer beaucoup de compétences en même temps, c'est une manière pour nous de chercher toujours et de développer ainsi notre envie de chercher, confrontés à cette immensité vertigineuse qui est précisément tout ce que l'on ne sait pas. 

Et nous attendons beaucoup de l'acte de transmission, c'est à dire de sa présentation (en répétition et en création) à des spectateurs et je pense que cette forme sera dédiée au jeune public au moment même de sa confrontation, en tout cas, je crois en cette idée.

Vous avez profité de votre résidence artistique à Urrugne pour présenter un extrait du spectacle en création aux écoles du territoire, en quoi cela va vous aider à créer ce spectacle ?

Dans cette première rencontre avec le public pendant les répétitions (3 classes du territoire), j’ai été très attentif à de nombreux signes, à la relation entre le rythme que le spectacle propose et celui du public (ses réponses), à l'écoute des jeunes, à leur bien-être, à leurs questions, à l'imaginaire généré, ... 

C'est exactement là que nous devons ajuster notre proposition ou même la changer si cela s'avère nécessaire.

A suivre... E t à découvrir le mercredi 7 décembre pour 2 représentations : 15h et 20h au cinéma Itsas Mendi

+ d'infos:


mercredi 23 novembre 2011

En avant-première l’affiche du Marché de Noël d’Urrugne !

En avant-première et en exclusivité mondiale, nous vous dévoilons aujourd’hui l’affiche officielle du marché de Noël.
Comme chaque année, les enfants des écoles d’Urrugne étaient en compétition depuis la rentrée pour réaliser un dessin qui devait servir pour l’affiche du Marché de Noël. Après avoir reçu plus de 300 dessins notre jury de professionnels a longtemps débattu pour élire le dessin gagnant. Cette année, c’est la petite (mais néanmoins grande) Claire Soraluze en classe de CM2 de l’école du bourg qui remporte le concours.
Son dessin a fait l’unanimité et représente réellement l’esprit de Noël avec les éléments essentiels de la magie de Noël : le bonhomme de neige, le père Noël sur son traineau, la neige, les cadeaux...
Le Président de l’office de Tourisme, Jean Michel Dufau et Madame HACALA, élue au scolaire de la Mairie d’Urrugne ont remis une affiche à la gagnante entourée pour l’occasion de sa maman, de son institutrice et de la Directrice de l’école Madame INZA.
Une cérémonie avec remise de lot aura lieu ultérieurement le dimanche après-midi du Marché de Noël, le 11 décembre 2011, un peu avant 17h et le tirage de la tombola.
Encore félicitations à cette jeune fille pour ses talents de dessinatrice…
Et voici l'affiche finale du marché de Noël d'Urrugne 2011.

mardi 8 novembre 2011

"Le Passage" en avant première...

Tout le monde à Urrugne connaît l’histoire de Frantxa Uzandisaga, morte au camp de Ravensbruck alors qu’elle avait été arrêtée le 15 janvier 1943 à son domicile, Maison Bidegain Berri. Pourquoi ? Car elle avait fait de sa maison un relais du réseau Comète, réseau qui permettait aux aviateurs alliés de traverser la frontière vers l’Espagne…

 “Il fut un temps où la vie était comme un roman à suspense et on ne savait jamais comment elle finirait. La vie dépasse parfois  la fiction, et maintenant, plus de soixante ans plus tard, Le Dernier Passage revient sur une nuit fatidique, dans une ferme des Pyrénées, où six étrangers de cinq pays différents ont été arrêtés. En suivant le fil de l'histoire de chaque personnage nous découvrirons une histoire unique: celle de centaines de gens ordinaires qui ont formé un vaste réseau d'évasion au cours de la Seconde Guerre mondiale: le réseau Comète.”

Voilà ce que nous raconte le synopsis du film Le Passage qui sera en avant-première au cinéma Itsas Mendi à Urrugne ce samedi 12 Novembre à 18h.
Entrée gratuite.

mercredi 2 novembre 2011

FLASH MOB ça repart...

Après le succès de l'année dernière, Urrugne Tourisme et l'école de danse Dantzani reprennent le chemin des répétitions pour The FLASH MOB d'Urrugne à l'occasion du Marché de Noël.
Alors que vous dansiez comme Lady Gaga ou comme Véronique Jeannot, venez nombreux à la 1ère répétition qui aura lieu le SAMEDI 12 NOVEMBRE de 10h à 12h à la salle Posta au-dessus de l'Office de Tourisme.
Ensuite les répétitions auront lieu les samedis matins aux mêmes horaires et les mercredis soirs de 19h à 20h toujours à la salle Posta.

Suivez les infos en devenant FAN d'Urrugne : www.facebook.com/Urrugne

La Belharra est passée par là....

Dimanche midi il y avait foule sur la Corniche du camping Juantcho à la crique des Viviers. Pourtant ce n'était pas la Fête de la Corniche mais tous avaient les yeux rivés sur l'océan. Mais alors pourquoi? La Belharra avait décidé de se montrer. Les surfeurs, avertis, étaient également au rendez-vous pour affronter ce mur d'eau de 5 mètre de haut.
Le spectacle était comme à son habitude impressionnant.
Vivement que les conditions permettent son retour sur nos côtes.....
http://www.urrugne-tourisme.com/fr/la-nature/la-vague-belharra.html

lundi 24 octobre 2011

A Urrugne, la Toussaint rime avec entrain…

Pourquoi la Toussaint serait forcément une période triste et morne. Au contraire, c’est aussi un moment pour passer du temps en famille et sortir s’aérer ou se cultiver. C’est pourquoi, Urrugne, pour ces vacances de la Toussaint, propose plusieurs activités pour se changer les esprits…
Au programme :  
-          UNE EXPO SUR LA PECHE AU PAYS BASQUE. Eh oui, le village d’Urrugne est connu pour sa campagne et ses montagnes mais c’est aussi une façade maritime et les pêcheurs sont aussi réputés dans notre village que nos agriculteurs ou pilotaris. C’est pourquoi, jusqu’au  5 novembre vous pourrez découvrir une expo sur la pêche au Pays Basque et notamment sur la chasse à la baleine… A Posta,  la salle d’exposition située au-dessus de l’office de tourisme tous les jours de 9h à 12h et de 14h à 18h.
-          UNE SORTIE NATURE SUR LA CORNICHE : pour la 1ère fois, l’office de tourisme programme une visite sur la Corniche à la Toussaint : alors pour ceux qui la connaissent déjà, avec ses hautes falaises bordées par l'océan et ses vagues, ou ceux qui aimeraient la connaître davantage ou simplement la découvrir, exceptionnellement, l'office de tourisme organise une visite sur la Corniche et seulement UNE pour les vacances de la Toussaint.
RDV le vendredi 28 octobre à 10h pour une balade de 3 km le long du sentier du littoral.
            Réservations obligatoires: car il n'y en aura pas pour tout le monde...
            05.59.54.60.80 ou  en ligne directement sur
www.urrugne.com

-          UN WEEK-END CINE : pour conclure sur notre expo dédiée aux pêcheurs du Pays Basque, la Commission Culture de la ville d’Urrugne propose des séances de cinéma gratuites au cinéma Itsas Mendi avec la retransmission de grands succés du cinéma américains qui ont pour thème l’Océan:Vendredi  4 Novembre : Moby Dick de John Huston avec Orson Wells, à 21hSamedi  5 Novembre : 20 000 lieues sous les mers, à 21hDimanche 6 Novembre : Le Monde de Némo, à 17h

mardi 18 octobre 2011

Le Biathlon, vous connaissez? Elizabeth nous en parle

Interview d’Elisabeth PRATA, qui a mis en place une nouvelle activité unique dans la région : le biathlon…
La question que tout le monde se pose : qu’est ce qu'exactement du biathlon ?
Biathlon 4S est une activité nouvelle, unique au Pays- Basque et sur toute la partie ouest de la France. Elle est originale mais aussi très méconnue du grand public.
A la base, le Biathlon est un sport d’hiver qui allie deux disciplines : le ski de fond et le tir à la carabine.
J’offre la possibilité de faire découvrir ce sport au grand public de manière ludique et éducative. Je propose donc du tir à la carabine à plomb ou laser à 10 mètres avec un petit parcours en course à pied. Le tir peut également être associé à toutes autres activités sportives telles que le vélo, la course d’orientation, l’accrobranche, le surf, le golf….
Ok je vois mieux. Je suppose que vous êtes une fervente pratiquante de ce sport ?
J’ai 30 ans et suis originaire de la Savoie dans le 73. Je suis diplômée d’état en ski nordique de fond. J’ai été compétitrice de haut niveau en ski de fond et biathlon. Je pratique ce sport depuis l’âge de 10 ans.
J’ai ensuite été second entraîneur au ski club de Peisey- Vallandry (73) pendant 5 ans. Je suis également monitrice de ski pendant la saison d’hiver.
Je suis arrivée au Pays Basque en printemps 2010. J’ai voulu faire connaître et découvrir ce sport, ma passion,  aux vacanciers ainsi qu’aux résidents.

Ok et par rapport à cette activité, vous pourriez nous expliquer comment se déroule une séance ?
Biathlon 4S s’adresse aux individuels  sur des séances d’1h30 à 2h00. L’activité commence par une prise en main du matériel avec un rappel des consignes de sécurité et l’attitude à tenir sur un pas de tir. Les personnes effectuent le réglage des carabines avec des tirs sur cartons puis s’en suivent des tirs couchés  en ayant la carabine sur un support en bois visant des cibles métalliques basculantes comme en biathlon de compétition. Ensuite nous faisons des tirs couchés sans appui et des tirs debout pour les plus grands et les adultes.

L’activité s’adresse également aux groupes, aux centres de loisirs et autres pour animer toutes sortes d’évènements : anniversaire, enterrement vie de jeunes filles ou garçon… sur des séances de 2h00.
Je propose le tir biathlon pour les séminaires lors d’activités Team- Building, avec possibilité de remise de récompenses.

L’emplacement est de plus vraiment magnifique, au-dessus de la Corniche d’Urrugne. Pourquoi avoir choisi Urrugne pour votre installation ?

J’ai découvert le Pays Basque et la commune d’Urrugne au printemps 2010,  la région m’a beaucoup plut. La commune d’Urrugne possède un emplacement idéal  au Ball Trap de la Corniche. J’ai choisi cet endroit car le terrain du Ball Trap est adapté à l’activité de tir et nous offre une vue panoramique extraordinaire sur l’océan et sur la Rhune.
Le Ball Trap de la Corniche est l’emplacement principal de l’activité  mais je peux également me déplacer sur n’importe quel site sur demande puisque mon pas de tir est mobile, ce qui limite les déplacements notamment pour les groupes.

Tout le monde peut pratiquer le biathlon ? Enfants, non sportifs ? Il n’est pas nécessaire d’avoir une condition physique particulière pour la pratique ?
L’activité Biathlon 4s est ouverte à toutes les personnes sportives ou non. Je m’adapte à la condition physique de chacun pour que tout le monde puisse passer un moment agréable et découvrir au mieux le biathlon.
Il suffit d’avoir plus de 8 ans pour pouvoir pratiquer l’activité.
J’ai également la possibilité d’accueillir des personnes à mobilité réduite.

Allez dernière question pratique, comment fait on pour vous contacter ? Vous êtes ouvert à l’année ?
Généralement c’est sur demande, et l’activité est ouverte toute l’année.
Pour me contacter :
tel : 06.24.94.75.48
Rien de plus facile!


mercredi 5 octobre 2011

Du VTT sans transpirer...

Le 10 septembre dernier a eu lieu une Rando VTT à Urrugne. Bien entendu, vous y étiez !!!
Mais si certains d’entre vous n’ont pas pu y participer pour plusieurs raisons : pas le temps, pas de casques, ce jour-là vous vous étiez foulé le poignet…  Enfin, tout ça n’est pas bien grave parce qu’aujourd’hui je vous propose une session de rattrapage :
Installez-vous face à votre ordinateur, vous avez droit d’enfiler un cycliste, de mettre des lunettes de soleil, si vous pouvez brancher un ventilateur face à vous c’est encore mieux.
Une fois prêt, appuyez sur le bouton lecture de la vidéo ci-dessous.
Et c’est partiiiiiii, vous êtes sur votre vélo pendant la rando VTT comme si vous y étiez, sur le rythme effréné de Deep Purple – Highway Star…
Recommandations de dernière minute : prévoyez les genouillères et une bouteille d’eau au cas où…

vendredi 23 septembre 2011

Toutouyoutou... Yona Form déménage et se développe... Anna nous raconte tout ça...

Rencontre avec Anna Iribarren de la toute nouvelle salle de sport Yona Form à Urrugne.
Bonne nouvelle pour toi cette année, Yona Form déménage ?  
Oui super nouvelle ! Après 10 ans passés au fin fond de la zone Bittola nous sortons enfin de l’ombre pour nous installer au quartier de Berroueta à côté de Signature. A la base, on souhaitait acheter un terrain et construire un local tout beau tout neuf mais l’investissement était beaucoup trop important à supporter. Donc on a trouvé cette solution et la location d’une salle à Berroueta. Par contre, il a fallu tout retaper, ça s’est fait un peu à la débrouille, mais j’ai la chance d’avoir Sylvain, il est fabuleux cet homme, il sait tout faire !
Maintenant on dispose de 200 m² avec au rez-de-chaussée l’espace accueil + l’espace musculation avec des appareils de cardio tout neufs. Au 1er étage nous avons une grande salle pour les cours collectifs avec des tatamis pour les cours de boxe thaï. Et grande nouveauté par rapport à avant, nous avons des vestiaires avec des douches… Formidable !!

Le quartier de Berroueta est en plus super sympa et très vivant.
C’est sur je n’imaginais pas qu’il y avait autant de vie dans ce quartier. C’est très jeune et il n’y a quasiment que des familles. Du coup, beaucoup de personnes du quartier sont venus essayer un 1er cours. Sans faire de pub le bouche à oreille fonctionne très bien. Exemple, un petit garçon est venu faire les cours de boxe et il est revenu ½ heure après avec son copain pour qu’il essaye aussi. C’est génial !

Tout m’en parle depuis tout à l’heure mais la pratique de la boxe thaï c’est une grande nouveauté aussi. What is it ?

Ça c’est Sylvain qui s’en occupe, il a passé son diplôme l’année dernière pour être moniteur de boxe thaï dans l’idée de pouvoir donner des cours à Yona Form. Donc on est super content de pouvoir proposer cette nouvelle activité surtout que ici on en retrouve que sur Bayonne. Après faut pas s’imaginer n’importe quoi on n’apprend pas à se bastonner. Au contraire, c’est très spectaculaire car on associe des techniques de pieds et de poings. C’est très tonique et technique, en général on ressort de là en nage. L’activité est proposée aux petits de 4 à 9 ans où Sylvain leur fait découvrir au travers de jeux et de parcours les valeurs de la boxe thaï. Tu peux être sûr que pendant 1 heure c’est sans relâche. Lors des 1ers cours les enfants ont adoré et se sont totalement défoulés. Après il y a aussi des cours pour les ados et pour les adultes et des cours de self-défense réservés aux femmes.
Il aimerait faire découvrir ce sport à tous les enfants : il a en projet d’aller faire des initiations dans les écoles ou au centre de loisir d’Urrugne.

Mais vous avez gardé aussi les cours collectifs style abdos fessiers, LIA, Body Barre ?
Oui bien sûr qu’on a gardé tout ça, pour la reprise on a un peu diminué les horaires mais je pense qu’au fur et à mesure on pourra proposer davantage d’heure de cours collectif. Mais à côté de tout ça, on fait aussi pas mal de coaching avec des programmes d’amincissement basés sur le sport et l’endurance.
Puis tu sais, dans notre salle on y vient sans prise de tête, ce n’est pas la compétition, à qui sera le plus beau le plus fort. Au contraire, ici on cultive plutôt la tchatche que les muscles. On se connaît tous et notre credo est de venir faire du sport dans la bonne humeur.  Les gens font connaissance sur les tapis, discutent entre eux, notre salle est un véritable lieu de vie et de rencontre, on n’est pas anonyme chez nous.

Tu viens d’accoucher y a un mois, tout ça qui se précipite et je te connais, je suppose que tu es au taqué ?
C’est clair cela fait seulement 1 mois que je reprends les cours après avoir accouché. Pour le moment,  je fais les cours du matin mais pour les cours dynamiques c’est ma super copine Christine qui assure pour le moment. Heureusement que nous sommes bien entourés avec beaucoup d’amis qui nous aide. Actuellement, je suis encore fatiguée mais je sens que la forme revient de mieux en mieux.
En plus, tu sais, c’est un métier où il faut être bien il faut toujours être dynamique, on n’a pas droit de faire la gueule, on garde nos soucis à la maison. Ça tombe bien je suis plutôt comme ça, c’est dans ma nature.

En tout cas, tu as déjà récupéré ta ligne, c’est quoi ton secret, tu n’aurais pas un conseil forme à donner à nos lecteurs ?

Moi je suis du genre à faire du sport mais à vivre aussi : je ne prive de rien. Bien sûr faut avoir une bonne hygiène de vie mais si je veux manger du pâté je mange du pâté. Donc je dirai à tous ceux et celles qui veulent garder la ligne venez me voir je connais des programmes sportifs qui vous aideront à profiter de la vie tout en gardant la ligne.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur son site web :

lundi 19 septembre 2011

"Egiategia", un vignoble sur la Corniche !

La Fête de la Corniche, ce samedi 25 septembre, est l'occasion de rencontrer Emmanuel POIRMEUR, viticulteur passionné installé sur les hauteurs de la Corniche à Urrugne.
On parle beaucoup de vous, mais on ne vous connaît pas? Qui êtes-vous ?
Je suis plus ou moins un enfant du Pays, je venais très souvent au Pays Basque voir ma famille installée à Guéthary. Mes parents étaient à Paris pour le boulot, tous deux étaient scientifiques. Mes grands-parents eux possédaient un vignoble dans le Lot et Garonne et je pense que ce sont eux qui m’ont transmis cette passion. Ce qui fait que je suis un véritable enfant du Sud-Ouest qui a été exilé à Paris. Mais c’est plutôt drôle car j’ai toujours été considéré comme un provincial à Paris et comme un parisien ici.
Pour en arriver là où je suis actuellement, je suis passé par l’Ecole d’Agronomie de Paris puis j’ai continué par l’Ecole Œnologie à Montpellier, pour obtenir le diplôme d’ingénieur Agronome Œnologue. J’ai ensuite bourlingué à travers le monde en tant que consultant pour aider des viticulteurs à s’installer. J’ai pu ainsi voyager au Chili, en Argentine, Italie, Nouvelle Zélande et en France aussi. A 19 ans je participais à la vinification d’un Saint Emilion Grand Cru.
Vous êtiez plutôt précoce ?
Oui j'aime à dire que j’ai vieilli précocement. Surtout que j’ai ensuite  travaillé pour le Crédit Agricole, j’étais en charge de la filière viticole du groupe.  Mais j’ai toujours gardé dans l’idée de venir planter des vignes sur la Côte Basque.
C’est vrai ? C’est une idée qui a germé pendant longtemps ?
Très jeune j’avais déjà dans l’idée de venir planter des vignes ici. Mon grand-père se souvient que à 9 ans déjà je lui avais dit « tu verras je planterai des vignes à Sainte Barbe ou à la Corniche »
Ma devise est : « il ne faut pas être plus aveugle que celui qui croit savoir ». Je veux dire : il y a là devant nous tout ce qui faut pour planter de la vigne, la Corniche à Urrugne représente le lieu idéal par rapport au sol, à l’exposition, la pente, le climat… Tout y est réuni pour pouvoir produire un bon vin alors pourquoi aller voir ailleurs !
Mais vous savez pour réussir ce genre d’aventure il faut être modeste car à la base je ne disposais pas de patrimoine pour commencer, il a fallu le créer ce patrimoine et de plus le créer dans une zone où l’exploitation vinicole n’existait pas du tout ou presque…
Comment ça "ou presque" ?
En fait, j’ai comme objectif d’obtenir une AOP (appellation d’origine protégée) et pour cela j’avais besoin d’un historique. En faisant des recherches j’ai pu découvrir que nous n’étions pas les 1ers à cultiver du vin sur la Côte basque. Il existait sur les hauteurs de Bordagain à Ciboure plus de 27 hectares de vignobles et j’ai découvert de la vigne ensauvagées sur les terrains de la Corniche qui nous laisse imaginer que plusieurs hectares de vignes étaient également présents à cet endroit. Finalement, je reviens plutôt à la viticulture sur le Côte Basque.

Je suis très content car vous me recevez dans votre tout nouveau chais à Socoa. 1ère chose : de la terrasse la vue est superbe ! Quels ont été les travaux pour réhabiliter l’ancienne maison des blocs ?
L’acquisition ne s’est pas faite sans problème. Mais depuis plusieurs années j’étais en pour parlers avec la CCI pour trouver un local. Dans un 1er temps ils m’avaient proposé l’ancien mur à gauche à Marinela pour finalement me proposer la « maison des blocs » à Socoa qui n’avait plus été occupée depuis plusieurs années. La mairie de Ciboure souhaitait la détruire car le site présentait certains risques d’accidents. Je suis donc venu visiter les lieux et j’ai vraiment été surpris par l’espace du rez-de-chaussée.  
En pratique, il a fallu refaire quasiment toute la maison : sauver la charpente, refaire la dalle en béton et toute l’étanchéité de la maison. Elle a été refaite à l’identique. Elle comporte en fait, un étage consacré au stockage, la production et l’administration ; c’est là que l’on trouve le pressoir que je viens d’acquérir : c’est un pressoir pneumatique et c’est mon investissement le plus important car pour faire du vin blanc il est primordial d’avoir un bon pressoir. Le rez-de-chaussée, quant à lui, est une pièce magnifique, avec des arcades en pierres, dédiée essentiellement à la production. Tout y est en pierre ce qui idéal car le bois peut être nocif dans la fermentation du vin. C’est une véritable cave où la température est constante. Mais je vous avoue que lorsque j’ai visité la 1ère fois cet endroit il y avait des gravats sur au minimum 2 mètres de hauteur et j’avais du mal à imaginer cet espace. Il faudra plus de 2 jours pour tout évacuer et voir apparaître la beauté de ce lieu. C’est l’endroit où sont disposées mes cuves dont celle avec les raisins de la Corniche que je viens de récolter.
C’est vrai, comment ce sont passé ces 1ères vendanges ?
Elles ont eu lieu début septembre. Je voulais commencer début août et  ramasser les raisins les moins beaux pour récolter de nouveau en septembre les plus beaux raisins et ainsi faire une cuvée d’exception. Mais en août je dois avouer que tous les raisins étaient magnifiques donc nous avons tout récolté en septembre.  Après pour des 1ère vignes exploitables qui n’ont que 2 ans j’ai été agréablement surpris du résultat. Nous pourrons sortir je pense entre 3 000 et 5 000 bouteilles pour ce printemps j’espère.
Votre vin est très attendu justement et attirent les curieux ?
Oui dans le milieu on parle beaucoup du vignoble de la Corniche d’Urrugne j’ai eu plusieurs parutions dans des magazines spécialisés tels Vini, Spirit ou en radio avec France Inter. Beaucoup de visiteurs sont passés sur le site alors que je ne fais quasiment pas de pub. En 2010, + de 1000 personnes sont venues au vignoble et cette année environ 250 professionnels viticulteurs ont fait le déplacement pour voir les installations : tout le bottin mondain du monde de la viticulture est passé par là cet été.
Oui puis vous avez aussi une méthode assez singulière pour vinifier le vin que vous avez vous-même inventé. Expliquez-nous en quoi cela consiste ? 
En fait, j’immerge des cuves en béton pour le moment au large de l’Artha. Juste en face de nous se trouvent 4 cuves immergées avec du vin en vrac en train de fermenter. J’ai mené ainsi plusieurs essais depuis 2011 et j’ai déposé un brevet pour cette technique. Ces cuves sont immergées afin de donner au vin une certaine effervescence. Le site est idéal pour cette technique car il faut une baie protégée et un port encore actif.
Là je change un peu ma technique cette année, car j’attends 12 nouvelles cuves qui devraient arriver dans les jours prochains. Ce sont des prototypes en provenance des Etats-Unis. Elles diffèrent des anciennes cuves en béton  car les nouvelles seront dans un matériau style gros plastique. Ces cuves doivent être étanche à l’eau mais poreuse pour les gaz. La pression de l’eau empêche justement les gaz de sortir de la cuve. Ce système permet de créer des arômes qu’on ne pourrait pas créer à terre.
Vous qui êtes toujours en « ébullition » Quels sont vos futurs objectifs ?
                                                                 
La difficulté dans ce métier sera de durer. Au départ c’est la passion qui te pousse à te lancer dans la viticulture. Après bien sûr faut se dire qu’il faut trouver un produit que les gens vont aimer. Le plus dure ensuite est de durer dans le temps et passer au-delà du produit à la mode car va arriver un moment où d’autres vont utiliser le même procédé de vinification et vont même venir peut être s’installer sur la côte basque.  Mais va falloir durer et construire son patrimoine, pour cela vu les vendanges de cette année je voudrais essayer de créer un grand cru classé et obtenir un AOP à partir du vignoble de la Corniche.
Ensuite, comme autre objectif j’aimerais pouvoir m’agrandir et acquérir de nouveaux terrains pour passer de 2 hectares à 6 mais ce n’est pas encore fait…
Pour connaître le programme de la Fête de la Corniche, cliquez sur le lien ci-dessous:
http://www.urrugne-tourisme.com/fr/se-divertir/actualite/fete-de-la-corniche.html

lundi 12 septembre 2011

Marchons intelligemment pour les Journées du Patrimoine

Urrugne, propose de découvrir lors des Journées du Patrimoine durant tout le week-end du 17 et 18 septembre une partie de son patrimoine. Mais pour la 2ème année, la Mairie d'Urrugne met en avant son patrimoine d'une manière originale en proposant une rando patrimoine dans les montagnes d'Urrugne.
Lisez l'interview de Madame Claire d’Elbée, élue à la Mairie d’Urrugne au développement durable, qui nous parle de la rando patrimoine mise en place dans le cadre des Journées du Patrimoine le dimanche 18 septembre.
Comment avez-vous l’idée de créer cette activité ? Pourquoi l’insérer dans les Journées du Patrimoine ?
La principale richesse d'Urrugne ce sont ses espaces naturels, tant sur le littoral avec la Corniche, que côté montagne, avec le massif de la Rhune. Le patrimoine d'Urrugne, c'est le patrimoine de chacun ! C’est pourquoi nous avions envie de la mettre en valeur et de le faire découvrir autour d’un évènement particulier. Les Journées du Patrimoine sont l’occasion rêvée de pouvoir le faire. De plus, il faut le savoir, une partie de nos impôts va à la gestion de ce patrimoine.
Quel est le principe de cette rando patrimoine ?
Il nous a semblé nécessaire de faire connaître la qualité de ce patrimoine commun, lors d'une randonnée sur place. Cette année, le départ est à la Venta Gorria, la première en arrivant au col d'Ibardin. La randonnée se déroule sur les hauteurs d’Ibardin sur un circuit d’environ 1h30 / 2h. Un accueil sera organisé sur le premier parking et deux départs accompagnés sont prévus, à 10 h et à 14 h. Mais il est également possible de faire la randonnée librement et d’aller à la rencontre de personnes qui sont en relation avec cet espace naturel.
D’accord, ainsi quelles sont les personnes que les randonneurs pourront rencontrer sur le chemin ? Sans trop nous en dire de quoi vont-ils nous parler?
Le principal intérêt de cette randonnée est justement qu'elle est un lieu de rencontre des différents acteurs qui travaillent sur nos espaces naturels : l'Office National des Forêts, nous dira ce qu'il en est de sa gestion de nos ressources en arbres ; Euskal Herriko Laboranza Ganbara, est en charge de l'application de Natura 2000 sur le massif ; le CPIE Littoral Basque, nous parlera quant à lui  d'ornithologie ; la Société des Chasseurs d'Urrugne, de la gestion du gibier et l'Association Jakintza, dont les membres sont de grands connaisseurs du patrimoine historique de la Rhune.
C’est la 2ème année que vous proposez cette activité, comment s’était passée la 1ère édition ?
La première année, nous avons eu un écho très enthousiaste des participants, qui ont appris beaucoup, avec la demande que la rando se déroule plutôt le dimanche, ce que nous faisons donc cette année.
Cette randonnée pourra-t-elle être dans l’avenir balisée pour que les randonneurs puissent la faire librement ?
Pour l'instant, nous avons choisi de changer le parcours chaque année, afin que la découverte soit sans cesse renouvelée, mais pourquoi pas à l'avenir. Pour ce qui est du balisage, nous travaillons à un balisage plus global sur le massif, balisage non seulement d'orientation, mais également sur la faune, la flore et l'histoire de la montagne.
Pour connaître tout le programme des Journées du Patrimoine à Urrugne cliquez sur le lien ci-dessous:

mardi 6 septembre 2011

La rando VTT expliquée par Marielle

Marielle LABARRY, responsable du service jeunesse et sport de la ville d’Urrugne nous parle de la Rando VTT qu'elle organise sur les flancs d'Ibardin ce samedi.
Comment t’es venue l’idée de mettre en place cette Rando ?
Je réfléchissais à mettre en place une manifestation sportive qui exploiterait le site d'Ibardin.
Une manifestation de qualité et de bon niveau technique. Le vtt est une discipline qui permet de découvrir "notre montagne" dans une nature favorable aux pneus à crampons. En vtt, vous pouvez mettre le cap sur des sentiers et des terrains divers, tout un panel de balades inoubliables tant pour la vue que pour les mollets. Et Ibardin, répond à ces critères.

Quels sont les spécificités de ces parcours ?
Les parcours sont sportifs : enchainement de montées et de descentes avec  des passages trialisants, cailloux, terre, forêt. C'est physiquement soutenu, peu de période de "repos".
Le paysage est magnifique, particulièrement au sommet du Xoldo où la vue est à 360°. C'est un endroit qui a marqué l'esprit des participants des années passées.

Explique-nous le principe de cette RANDO VTT?
C'est une randonnée ouverte à tous sans classement : pas de chrono, pas de course.   Le départ est donné à 9h de la chapelle d'Olhette. Un trialiste ouvre le parcours. Les vététistes roulent à leur rythme, souvent entre copains.
Sont prévus sur le tracé des ravitaillements : choucroute au km 10, confit de canard au km 15 et frites au km 25, le tout à volonté sans oublier les grands crus classés.
C'est une blague, ce dernier point culinaire n'est pas à prendre au sérieux, les ravitaillements sont "sportifs" pour ne pas encrasser l'organisme de toxines supplémentaires. Mais à l'arrivée, grillades et fromage du pays attendent les premiers et ...les derniers également.

Tu pratiques toi-même la rando VTT ?
Oui, mais pas seulement pour les efforts violents et le dépassement de soi. Ma seule motivation  à grimper jusqu'à Ibardin, c'est le café crème de la venta Elizalde.

Comment ont fonctionné les 2 sessions précédentes ?
Dans une ambiance conviviale et avec une météo idéale ; on entend ce genre de phrases parmi les participants:
"T'as un vélo à me prêter? Oui, pas tout jeune, il suffit d'appuyer sur les pédales" 
"Tu es déjà arrivé ou tu n'es jamais parti!!"
"Que c'est beau!"
"Elle est froide l'eau!"
Les participants viennent pour passer un moment agréable et rouler ensemble avec un soupçon de compétition entre eux.

Pas de blessé ?
L'année passée, le médecin est intervenu sur une chute spectaculaire, et fort heureusement pas de traumatisme à déplorer.
Le médecin est motorisé sur quad, il suit donc la rando, prêt à intervenir si nécessaire.

Combien de temps faut-il pour faire la boucle?
La boucle des 20km : entre 1h30 et 3h30
La boucle des 30km : entre 2h30 et 4h30

Les participants sont-ils essentiellement  Urrugnards ou des communes voisines voire de plus loin ?
Ils viennent du 64 : pays basque, béarn et landes. Un participant venait même du sud-est, un habitué du roc ‘azur. En vacances au pays basque, il a participé à la rando et  est revenu ravi des descentes et des paysages.

Tu attends combien de participants pour cette année ?
L'année passée, 90 personnes ont participé.  Il est difficile de prévoir  un effectif. Les 3/4 des vététistes s'inscrivent le jour même, la fréquentation est fonction des conditions météorologiques, de la disponibilité des personnes, de leur motivation, de la communication faite autour de l'évènement...

Est-ce que la rando peut être réalisée par tout le monde ?
Si tout le monde a l'habitude de rouler et sait rouler sur terrains variées, oui.

Faut-il avoir un niveau particulier ?
Une  bonne condition physique est recommandée, pour se faire plaisir et pour ne pas se blesser. Les parcours sont techniques et les 2 passages jugés difficiles par les participants sont faits à pied.
"On a marché,  il faut savoir lever les yeux pour apprécier ce que nous avons autour de nous, et prendre le temps" : ce sont les mots d'une vététiste l'an passé, qui répondait à ma question "comment as-tu négocié la descente caillouteuse du Mandale?

Il y a des changements par rapport aux autres années ?
Les parcours sont identiques à ceux de l'année passée. Les participants étaient enchantés de leur balade, et nous avons pensé à garder le même tracé pour le faire découvrir à de nouveaux vététistes.

Justement les vététistes jugeaient-ils le parcours trop dur ou au contraire trop facile ?
Il faut pratiquer cette discipline pour réaliser dans de bonnes conditions les parcours 20km et 30km. La première boucle de 5km est accessible et ludique avec 2 passages de petits ruisseaux.
Quant au trop dur ou trop facile, chacun a son propre ressenti suivant son expérience et sa forme. Ce n'est pas une course, il est bien de se fixer un objectif en temps ou en distance, mais la priorité reste la satisfaction d'être là.
Que chacun trouve son plaisir, fasse de belles rencontres, et prenne le temps d'apprécier ces magnifiques endroits du Pays Basque.
C'est une très belle randonnée, à faire à son rythme, seul ou accompagné, en prenant le temps de se retrouver autour d'un verre aux points de ravitaillement (pas de choucroute, désolé..).

Jean Pierre SALABERRY, qui a déjà fait les 2 premières éditions nous donne le mot de la fin :
La Rando VTT d’Urrugne pour lui c’est :
« Un parcourt varié, une bonne organisation,
Une bonne ambiance pas de pression,
Un peu de technique ou un peu d'audace (c'est du plaisir),
Des bons souvenirs,
En groupe c'est bien mais naturellement et physiquement, des nouveaux amis tu feras ! »

Le rendez-vous est donné Samedi 10 septembre à la chapelle d'Olhette.
Pour avoir davantage d'informations cliquez sur lien:

lundi 29 août 2011

Les Fêtes d'Urrugne par Christophe ARAMENDI

Christophe ARAMENDI, Président du Comité des Fêtes d'Urrugne nous raconte SES Fêtes d'Urrugne.
Quels sont les immanquables du cru 2011 ?
Nous n’avons pas révolutionné le programme des Fêtes, il y a des animations que les gens attendent de retrouver une année sur l’autre. Mais pour moi il y a 3 évènements à ne pas manquer :
-          Chaque année la course pédestre qui réunit des dizaines de participants. Cette année le tarif a augmenté de 2 € à cause principalement de l’impression des tee-shirts qui a elle aussi augmentée. Pour vous inscrire c’est simple, télécharger le bon de participation sur l’adresse suivante : http://www.urrugne-tourisme.com/fr/se-divertir/a-laffiche.html
-          Le repas du lundi soir, appelé par tous  « la paella du lundi ». C’est un repas où l’ambiance est super conviviale qui réunit toutes les générations et animée cette année par les chanteurs d’Alaiak.
-          Le Comice Agricole du mercredi matin. C’est réellement l’animation qui ramène le plus personnes. il y a tout un tas de gens qui ne sortent pas habituellement qui vont faire le déplacement à Urrugne ce jour-là pour le comice. Donc c’est fabuleux, l’ambiance dans le village y est exceptionnelle.
Mais après tout est bien dans les Fêtes, je pourrai aussi te parler du spectacle de trial du dimanche après-midi, du concours du fandango, du feu d’artifice ou de tous les groupes que l’on va accueillir pour les concerts…
Il y a des nouveautés cette année ?
La nouveauté de cette année, est la mise en place de 2 taxis gratuits à disposition de tous, le samedi soir de 2h à 5h30 du matin.  Le départ se fera depuis l’arrêt de bus de l’immaculée conception.
Autre nouveauté mais qui n’en n’est pas vraiment une car elle était déjà au programme l’an passé. Mais à cause des intempéries  la soirée du mardi avait dû être annulée. Mais c’est pas un problème, cette année rebelote on remet du coup au programme de la country avec Double Jack’s, et le feu d’artifice musicale à 22h au stade.
Avant d’être au Comité, peux-tu nous raconter TES Fêtes d’Urrugne ?
Mes fêtes avant je les faisais à fond avec les copains et la famille. Le samedi je venais voir la course et je restais sur place après pour l’apéro,  bien entendu  je faisais la fêtes toute la nuit.
Ca n’empêche que le dimanche matin, je me levais pour venir à la partie de pelote et à l’apéritif au village. Ensuite, c’était repas chez ma tante avec toute la famille. Puis, on revenait à la place pour les mutxiko, et je retrouvais toujours du monde pour faire la fête jusqu’au petit matin.
Le lundi je venais le soir à la paella avec mes parents…
Le mardi après midi je partais chez mon cousin l’aider à préparer ses vaches pour le comice du mercredi.
Et le mercredi j’amenais les vaches à pied jusqu’au fronton. L’après midi on mangeait ensemble par là et on continuait toute la nuit.
Maintenant que tu es Président du Comité c’est bien entendu différent! En reprenant le Comité je suppose que tu devais avoir envie de mettre en place des nouveautés? Apporter ta touche personnelle?
Maintenant c’est forcément différent, on fait la fête autrement. On n’avait pas forcément d’objectifs quand on a repris le comité, mais après avoir vécu nos premières fêtes en tant que membres, nous avions remarqué des points à améliorer.
Le principal pour nous était que le dimanche après-midi, il manquait des animations à la place. C’est pourquoi on essaie depuis 2 ans de mettre en place quelque chose d’agréable avec notamment le spectacle de trial et de BMX. Et le bilan est plutôt positif puisqu’àprès plusieurs saisons, on nous en demande beaucoup plus.
Comment te sens tu  à 1 semaine des Fêtes ? Stressé ? Excité … ?
Très tendu, on a toujours l’impression d’oublier quelques choses, et donc je me prends beaucoup la tête. Mais sinon l’ambiance au sein du comité est bonne, mais je pense que tout le monde a hâte que les fêtes soient enfin lancées pour ne plus se poser de questions.

Pour découvrir le programme détaillé des Fêtes, cliquez sur ce lien :
http://www.urrugne-tourisme.com/fr/se-divertir/actualite/fetes-durrugne-bixintxo.html